mardi 17 juillet 2018

FRANÇOIS VILLON EST DE RETOUR À #MEUNG-SUR-LOIRE LE 22 SEPTEMBRE !

#Théâtre « La Fabrique » Meung-sur-Loire 45130 – réservations : 02 38 44 32 28




Presque six siècles plus tard, à portée de voix du château épiscopal de Meung-sur-Loire, François #Villon revient sous les traits de Bruno #Daraquy pour narguer l’évêque, Thibault d’ Auxigny.


Le poète n’a pas oublié celui qui l’a nourri « de froide eau tout un été ! »


Hé oui… Villon est de retour à Meung-sur-loire !
Et c’est pour la pièce « François Villon, corps à cœur » https://francois-villon-corp-a-coeur.jimdo.com/ créée cette année au Théâtre Libre de Saint-Etienne.
Si vous voulez voir le funambulesque Villon/ Daraquy converser avec son double fantomatique, si vous voulez entendre des chansons drolatiques, poignantes ou gaillardes, venez apprécier comment #Malto a mis les textes de maître François et les miens en musiques. Les arrangements sont de Laurent #Bézert qui tient les guitares sur scène accompagné aux percussions par Thomas #Garrigou


Meung-sur-Loire ! 
Cette bourgade aura vu au 13ème siècle la naissance de Jean de Meung, auteur du Roman de la Rose avec Guillaume de Lorris.
Puis, elle connaîtra François Villon enfermé dans les geôles de l’évêque en 1461 sans que l’on n’ait jamais bien su pourquoi.






Enfin, au 19ème siècle, son école accueille un élève facétieux et turbulent du nom de Gaston #Couté. 
Monté à Paris, il deviendra tout en connaissant la misère -et tout comme Villon-  un immense poète à l’inspiration libertaire dont l’œuvre patoisante séduira non seulement, les montmartrois, mais également par la suite Edith #Piaf, Bernard #Lavilliers, Gérard #Pierron -qui le mit en musique avec un immense talent- et même un certain Daraquy.
Oui, le même Daraquy qui incarne aujourd’hui Villon comme je n’aurais osé en rêver.
Daraquy, je l’ai rencontré tandis qu’il disait des textes de Couté à « La #Colombière », la salle de Michel #Valette.
C’était dans les années 90…
Et nous voici invités aux journées Gaston Couté à Meung-sur-Loire où Bruno s’illustra déjà dans ses interprétations du poète beauceron.
Et c’est au musée Gaston Couté que je participerai au Salon du livre en présentant une expo-vente sur l’Univers de Villon.

Pour la petite histoire, j’ai retrouvé dans mes archives une planche de l’adaptation d’un poème de Couté en BD :  « La Toinon »… 

Ça date de 91, à l’époque j’avais fait imprimer des cellos avec des crayonnés poussés à leur maximum de contraste pour obtenir un effet brut… rustique… La couleur bleue qui accompagnait le dessin participait de l’ambiance nostalgique et définitivement révolue des souvenirs du chemin des écoliers.
Gilles #Chaillet (l’auteur de la série #BD « #Vasco » au Lombard pour qui je fus assistant décors) avait posé pour que je le représente en cabaretier. Quant à la Toinon, c’est Pascale #Bastard (marionnettiste de la Compagnie #Patachon) qui lui avait prêté ses traits.

C’est dire si l’écriture de Couté, sa musicalité, sa violence, son humour m’ont marqué.
Je ne remercierai jamais assez Gérard Pierron pour ses mises en musique et son interprétation qui accompagnent cette œuvre comme un souffle d’humanité, une chaleur…
Il n’est que d’écouter « La Toinon », « Le chant de naviots », « Les cailloux », « Les mangeux d’ terre » parmi tant d’autres titres…
À écouter également la terrible « Complainte des terre-neuvas » mise en musique par Marc Robine…
Bref ces journées Gaston Couté seront certainement riches de rencontres et découvertes.
Couté et Villon sur la même affiche ! 

Ça va turbuler dans les cervelles ! 


dimanche 10 juin 2018

" C’EST EXCELLENT ! " Michel Kemper juin 2018

#MonsterSongs, chanson d’effroi et de frissons

 

Deux fois ne font pas coutume, mais par deux fois, cet éditeur ( #Y.I.L.) de bandes dessinées, sort de ses presses un ovni conjuguant livre et disque. Non des monstruosités, loin s’en faut, mais ce livre là se nomme MonsterSongs et se présente en deux produits différents.

À l’origine, un beau livre fantastique, avec des histoires à ne surtout pas dormir : #MonsterLand, de Jean-Pierre #Joblin et d’Olivier #LeDiscot. Et désormais ce livre-disque en guise de second tome : MonsterSongs. 

MonsterSongs, donc. En fait quatorze chansons interprétées par Lou #Saintagne, écrites par Joblin, composées presque toutes par #Malto (une par Joblin, l’autre par Lulu Borgia) par ailleurs arrangeur du disque.
Un disque dans un écrin où, pour mieux entrer dans les chansons (pour les prolonger aussi), nous sommes invités d’abord à lire un récit, La Perruque, nouvelle pièce de la série MonsterLand, dont les chansons sont en partie inspirées, comme elles le sont aussi de la littérature fantastique, d’Edgar #Poe à #Maupassant. De #Baudelaire et de #Villon aussi.
Si vous appréciez les histoires sombres où l’horreur vous attend à chaque coin de page, à chaque plage, où les coupe-gorge sont légion, alors vous aimerez plus que de raison. « Nos crânes craquent nos dents déraillent / On donne dans l’horreur surannée / Face à vos warriors qui mitraillent / Les glace-murailles font rigoler »
 Tout est du même acabit, glaçant et un tantinet sanguinolent.La chanson fait peu dans ce genre habituellement. Est-ce d’avoir aux 18e et 19e siècle, par ses colporteurs, raconté tant de crimes, mis en rimes tant de criminels, de Joseph Vacher, le tueur de bergers, à Landru, le coupeur de dames, qu’elle s’est tue, toujours est-il qu’elle a depuis longtemps déserté ce champ d’investigation, ces chants d’effroi et de frissons.
Tout juste il y a quelques années, Thomas Fersen s’en était fait un malin plaisir, sur tout un album (Je suis au paradis, 2011).
Là, par Joblin et Saintagne, on replonge dans l’hémoglobine, on se refait une santé ! 
« Démon d’ébène, diable moqueur / Retire ton bec froid de mon cœur / Retourne à ta nuit de malheur ! » 

Chansons nocturnes où s’ébattent Dieu et Diable, faites de demeures lugubres, de cercueils comme s’il en tombe, de lits et de pieux, de voletées de chauve-souris… 
« Aussi ne me réveillez pas / Quand sous ma chevelure de lierre / J’entends des voix, j’entends des pas / J’écoute le murmure des pierres ».
Stylée #Gréco ou #Mischler dans la voix, Lou Saintagne fait merveille, chaleur au sein de textes souvent glacés (« On a du froid dans les entrailles… ») mais pas sans humour (parfois) ni amour, alternant l’ombre et la lumière, le désir et bien pire (« Moi j’ai du goût pour les vampires / Les vampires avec des dents »), épousant toute situation, ajoutant même aux dramaturgies. Jolie interprétation d’une artiste méconnue, qui évolue certes dans la chanson mais aussi dans nombre de disciplines des arts tels que cinéma, télé et radio, danse et publicité.
C’est excellent ! Tant qu’on aimerait voir sur scène une telle sélection de chansons par cette dame.



Joblin, Le Discot, Malto, Lou Saintagne, » Monsterland » L’intégrale » et « MonsterSongs »   Chansons monstrueuses, livre-disque, YIL 2017. La page facebook de Lou Saintagne, cest ici.
 
                                                Michel Kemper le 8 juin 2018 dans « Nos enchanteurs »
                                                 http://www.nosenchanteurs.eu/
                                              



mardi 29 mai 2018

SAMEDI 2 JUIN FETE DU LIVRE DE MONTATAIRE

C’est avec une joie toute particulière que je participerai le samedi 2 juin à partir de 14h
à la Fête du Livreau Château de Montataire
(allée des marronniers #Montataire - 60)

Outre le fait de retrouver les excellents et très sympathiques membres de l’équipe organisatrice, il y aura l’immense Jean #Teulé dont le « #Villon » et « Le Montespan » m’ont ravi par leur truculence, leur rythme et les diverses émotions jaillies de leur lecture.

J’y présenterai bien sûr, mon « Villon » https://francois-villon-corp-a-coeur.jimdo.com/
 mais aussi « #Monsterland » «# Monstersongs » http://monstersongs.fr


, « La #Légende Dorée »* et divers autres livres…

A samedi !

* à propos de « La Légende Dorée », il se pourrait que dans quelque temps  Olivier #LeDiscot et moi ayons une excellente nouvelle à annoncer aux lecteurs…http://www.dailymotion.com/GLENATBD/video/x6zdpq_clip-legende-doree_fun

lundi 21 mai 2018

SAMEDI 26 MAI DEDICACE AU CULTURA DE THIAIS


Samedi prochain, le samedi 26 mai à partir de 10h
C’est reparti pour une rencontre-dédicace…



Cultura
Centre Commercial Belle Epine
Porte 16 (à l'étage)
rue du Luxembourg
94320 Thiais
monstersongs.fr
https://www.dailymotion.com/video/x6zdpq

mercredi 18 avril 2018

FRANÇOIS VILLON AU PRINTEMPS DE BOURGES !




Le jeudi 26 avril à 21h à « La Soupe au choux » 15 rue Jean Girard à Bourges.
Réservations 02 48 65 43 66
Voici un tour de chant directement tiré de mon livre-disque illustré « François Villon, corps à cœur »
Sur des musiques de #Malto arrangées par Laurent #Bézert qui tient les guitares, et interprétées par à la basse et à la batterie par Thomas #Garrigou-Costa, Bruno #Daraquy s’affirme comme un interprète exceptionnel.
Il y a tout à la fois du #Reggiani et du Jim Morisson chez Daraquy…
Il sait nous entraîner comme personne sur les pas de François Villon.
Il EST François Villon à travers 17 chansons traitant de  l’univers du personnage et comprenant quelques uns des textes originaux comme « La ballade des pendus ».
Ceux qui voudraient retrouver l’âme originelle du Printemps de Bourges, celui des #Higelin, #Ferré, #Lavilliers n’ont plus qu’à réserver leurs places à La Soupe au choux le jeudi 26 !
02 48 65 43 66
Une exposition de mes illustrations consacrées au poète-truand est actuellement proposée au Guillotin –La soupe aux choux.
L’après-midi du 26  je dédicacerai le livre-disque « François Villon, corps à cœur » chez mon amix Denix de « #Librairix » à partir de 14h30 jusqu’à 19h (43 rue Coursarlon / Bourges).

On peut écouter et voir des choses en cliquant sur l’onglet « vidéos » de ce lien : https://francois-villon-corp-a-coeur.jimdo.com/

mardi 10 avril 2018

LE 26 AVRIL - FRANÇOIS VILLON PENDANT LE PRINTEMPS DE BOURGES !

CONCERT à « LA SOUPE AU CHOUX » + « DEDICACE à #LIBRAIRIX »




L’aventure « #Villon » se poursuit puisque Bruno #Daraquy présentera les chansons du spectacle à la Soupe aux Choux le 26 avril pendant le Printemps de Bourges.

Il sera accompagné de Laurent #Bézert aux guitares et arrangements et de Thomas #Garrigou-Costa à la basse et à la batterie pour y interpréter des chansons signées #Joblin-#Malto
La Soupe aux Choux, est une petite salle mythique où se sont produits #Thiéfaine , #Sarclo, #Izia…
https://www.facebook.com/Caf%C3%A9-Th%C3%A9%C3%A2tre-La-Soupe-Aux-Choux-208727469163908/
La « Soupe aux choux » au premier étage du restaurant « Le Guillotin » présente jusqu’au 26 avril mon expo d’illustrations inspirées de l’univers de Villon.




Gastronomes et amateurs de chanson, je ne saurais que trop vous conseiller de vous  rendre dans ce double lieu magique animé et dirigé par Régis #Brico qui poursuit avec sa mère Chantal, l’œuvre paternelle entreprise en 1982,  présentant au public des artistes originaux, non formatés… comme mon excellente amie Lou #Saintagne…
Bref, après (ou avant) s’être régalé de spectacle vivant on peut savourer entre autres mets, une délicieuse salade au crottin chaud !

L’après-midi à partir de 14h30 je serai chez l’indispensable #Denix de « Librairix »  43 Rue Coursarlon, (18000 Bourges) https://www.facebook.com/Librairix/
pour y dédicacer non seulement le Villon mais également « #Monsterland », « # Monstersongs » http://monstersongs.fr/  et mes autres livres.
Le soir à « La Soupe aux choux » après le spectacle, il y aura une séance de rattrapage pour ceux qui n’auront pu venir l’après-midi.
Il est assez émouvant pour moi que ce spectacle ait lieu dans le cadre de « Un printemps à la soupe » … Le Printemps de Bourges fut à l’origine porté, magnifié par des artistes tels que Léo #Ferré, Bernard #Lavilliers, Jacques #Higelin et #Font et Val…
De bien beaux moments auxquels j’ai souvent assisté.
C’est pourquoi  j’ai une pensée pour Higelin dont l’œuvre libre, pure et légère est indéfectiblement liée à certains très jolis souvenirs personnels. Et puis, comme je l’ai écrit, dans mon livre « François Villon, corps à cœur », Higelin a assumé une filiation certaine avec Villon en chantant « Je suis mort. Qui dit mieux ? »… comme un écho à « Frères humains qui après nous vivez… »
Quant à Patrick Font, il est bien triste de constater que ses déboires judiciaires auront complètement occulté son formidable talent de parolier, ses finesses mélodiques et son humour ravageur… Dommage !
Les spectacles de Font et Val demeurent avec les concerts des VRP ce que j’ai vu et entendu de plus drôle.
Je pense à mes copains Yolande #Trawinski-Chaume, Bruno Daraquy  et Guyom #Touseul qui viennent de perdre leur hilarant partenaire dans « Calamity Jane, le procès », spectacle dont j’avais réalisé l’affiche en 2013. https://le-merle-moqueur.jimdo.com/calamity-jane-le-proc%C3%A8s/